Travail externe

Wài Gōng / 外工 / extérieur travail

Introduction

Le travail externe est le premier niveau des pratiques corporelles. Il consiste en exercices physiques qui peuvent être aussi bien statiques qu'en mouvement.

Il y a deux écoles de pensées, deux pédagogies :

La première va consister à faire des exercices en mouvement pour développer le corps plus globalement et notamment la liaison entre le tronc et les jambes. Dans cette école nous allons retrouver des entraînements comme la boxe des huit trigrammes, ou la boxe de la forme et de l'intention.

La seconde pédagogie va consister à se concentrer au départ sur des positions statiques au niveau des jambes pour développer l'enracinement statique et avoir une base solide pour développer le haut du corps. Ensuite une fois ce but sufisamment atteint, cette école pédagogique va s'occuper de la liaison entre le haut et le bas du corps.

Pour des raisons de minimisation des difficultés, je vous propose d'aborder les pratiques corporelles de la seconde manière. Mon expérience d'enseignement me montre que c'est le chemin le plus efficace pour la majorité des personnes.

Bénéfice

Le but premier des pratiques corporelles est de développer trois qualités :

Enracinement
L'enracinement est la meilleure liaison possible entre notre corps et le monde matériel. Cela se manifeste par un corps qui tient tout seul sans utilisation des muscles. Par le fait que l'on peut résister à une poussée sans aucun effort musculaire.
Union
L'union physique, ou l'union des tendons est la capacité de mettre tout le corps derrière une action au travers de l'union de chaines musculo-tendineuses.
Perception
La perception est la capacité de sentir ce qui se passe dans le corps et autour. C'est sentir nos os, nos tendons, nos tensions.

Interdépendance des qualités

Même si nous allons travailler ces trois qualités de manière indépendante, il faut bien se rendre compte qu'elles sont intimement liées. Il est par exemple impossible de s'enraciner sans un minimum percevoir ce qui se passe dans notre corps et dans nos appuis.

Quand nous faisons des exercices pour par exemple aider à Unir le corps, il faut garder à l'esprit, en filigrane, les idées de s'enraciner et de percevoir. Le danger est alors de changer la consigne de l'exercice et de passer d'unir à enraciner.

Cette interdépendance des qualités rend encore plus nécessaire l'attention que nous devons porter lors des exercices sur leur but. Que travaillons-nous ?

Ordre de travail des qualités

Au vu de ce que nous venons de dire, il apparaît relativement clairement qu'il n'y a pas d'ordre absolu pour travailler ces trois qualités. Il est en revanche essentiel de les travailler les unes à la suite des autres afin de construire ou plutôt de mettre en évidence cette synergie.

Commencer par celle qui vous plait le plus car ainsi vous rentrerez plus facilement dans la pratique. Il ne faut vraiment pas négliger cette notion de plaisir et d'enthousiasme à pratiquer. Puis continuer avec les deux autres.

Il est parfaitement possible de changer l'ordre de pratique d'un jour sur l'autre. Faites-le d'ailleurs jusqu'à ce que vous trouviez l'ordre qui vous correspond. N'oubliez pas que cet ordre n'est pas gravé dans le marbre et qu'il ne sert à rien de le comparer avec celui d'un autre pratiquant.

Là où il faut faire attention c'est de ne pas oublier un exercice. Aussi bizarre que celà puisse paraître, notre esprit est parfaitement capable d'envoyer dans les limbes la pratique qui nous dérange le plus.

Pour commencer

Avant toute chose nous devons délier le corps et pour cela il existe une série d'exercices en apparence simples. Ces exercices vont apparaître à raison d'un par mois pour vous permettre de les travailler tranquillement et de les assimiler.

En résumé
  1. Être clair sur le but d'un exercice
  2. Travailler la qualité que vous préferez en premier
  3. Travailler ensuite les deux autres
  4. Ne négligez aucune des trois qualités (Enracinement,Union,Perception)